La fille de neige

Une fille de neige. Glacée de l’extérieur comme de l’intérieur. Seul son cœur bat encore, faiblement. Calcifer, qu’elle l’appelle. Son petit démon qu’elle a su apprivoiser et sui lui impose de se consumer de l’intérieur. Drôle de combinaison pour cette enfant toute glacée, aux émotions figées, mais au cœur brûlant. Lorsque, parfois, elle se met à chanter ses heurs et malheurs, le temps semble s’arrêter sur la surface de la planète. Même les flocons de neige n’osent plus tomber, de peur de la troubler dans son cantique mystique, qui dit si superbement la douleur de sa condition : une fille de glace réduite à se consumer de l’intérieur. Son petit cœur ardent constitue son seul compagnon, mais il la dévore.

Alors Snegourotchka chante, hurle, pleur sa douleur de sentir son cœur battre la chamade dans un fragile corps de neige. L’avenir, pour elle, est tout tracé puisqu’à chaque instant, elle fond un peu plus de douleur, mais aussi de douceur car elle sait que Calcifer, son seul et unique compagnon, restera à ses côtés jusqu’au bout, jusqu’à la fin, jusqu’à l’ultime sublimation.

Snegourotchka et Calcifer, deux éléments périodiques voués à l’extinction. Mais pas avant un dernier tour de piste, une dernière vocalise pour dire leur impossible complémentarité, leur destruction mutuelle aussi bien que leur raison d’être : une fille de neige et un cœur de feu, chacun sublime, chacun meurtri à sa façon. Tous deux chantent à l’unisson A song of ice and fire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :